ÉDITIONS MATIÈRE

accès au catalogue

Créées au début de l’année 2003, les Éditions Matière agissent dans les champs de la bande dessinée, des arts plastiques et de la théorie à travers deux collections. La collection « Imagème » publie des travaux de bande dessinée, ou en rapport étroit avec la bande dessinée. La collection « Un se divise en Deux » publie ensemble des dessins et de la théorie, en des livres à tous égards tranchés.

Indépendantes de tout mouvement ou organisation, les Éditions Matière sont constituées en association loi 1901.

collection “Imagème”

La collection « Imagème » publie des travaux de bande dessinée, ou apparentés à la bande dessinée, chacun dans son genre s’attachant à faire valoir la clarté de la ligne, une exigence de minimalisme, et, nouant le tout, le primat de la forme sur la substance — de la présentation sur la représentation.
Dessins publiés par la bande, les travaux que rassemble la collection « Imagème » ambitionnent de constituer un corpus original de textes-en-images.

collection “Un se divise en Deux”

1_ Publier ensemble des dessins et de la théorie, tel est le programme de cette collection.
2_ Ensemble, mais sans fusion ni confusion des deux : pas d’œuvres unifiées, pacifiées, harmonisées, où les registres s’épousent et s’expriment l’un l’autre, ni de recueils divers, éclectiques, sans principes, où tout se mélange avec tout.
3_ « Un se divise en Deux », soit dire : on a raison de se diviser — soit encore, ici : on doit et donc on peut en un livre trancher.
4_ Un livre : deux pages de couverture, deux entrées, deux sens de lecture possibles.
5_ Matière à invention d’une forme, qui place au recto des dessins, à lire dans le sens occidental, au verso de la théorie, à lire dans le sens oriental, à rebours du sens commun. Les deux travaux se précipitant l’un vers l’autre, venant se joindre — se heurter, s’entrechoquer — à l’endroit où ils finissent.
6_ Dans ce dispositif, le lieu de jointure n’est pas celui d’une connivence, mais un point de tension, et de séparation : deux travaux ensemble, renvoyés dos à dos, nettement séparés, et à cette condition agissant en commun, et pour lui.
7_ On parle de montage, d’art et de pensée qui ne transigent pas.

REVUE DE PRESSE

Courrier picard, "Bulles picardes", Daniel Muraz, 21 juillet 2014
D'une fulgurante actualité [+]
Radio Zinzine, « 1001 Schnagalaf », chronique d’enfants et d'ados, 13 juillet 2014
En fait, j’ai pas lu les dernières pages, parce que… [+]

Dernières parutions

http://www.matiere.org/wp-content/uploads/2014/03/couv_prokon-wpcf_162x230.png

Prokon
Peter Haars

http://www.matiere.org/wp-content/uploads/2013/10/couv_babyboom-wpcf_162x230.png

Baby boom
Yûichi Yokoyama

http://www.matiere.org/wp-content/uploads/2013/06/reeducation-wpcf_176x230.png

Rééducation
Juan Pérez Agirregoikoa



Vernissage de l’expo sérigraphique Yûichi Yokoyama
foff 2014, Angoulême
vendredi 30 janvier

L’édition 2014 du foff est l’occasion de présenter deux sérigraphies réalisées par Séverine Bascouert (L’Institut sérigraphique) à partir de dessins couleur de Yûichi Yokoyama, La Capitale et moi et Nouveaux Travaux publics.
Une pièce du Moon, l’ancienne boîte de nuit interlope où se déroule le festival, est consacrée à l’accrochage des deux reproductions et à la présentation de quelques outils et étapes de leur exécution : les polyesters employés comme écrans, les trames Deleter, les « films masque ». Sur l’un des murs sont présentées les recherches couleur de Séverine Bascouert : bouts d’essais, tests de transparence des encres, chronologie analytique des passages colorés… Autant d’éléments qui permettent d’appréhender la façon dont Séverine Bascouert a reconstitué les images de Yokoyama en serrant au plus près les techniques de composition de Yokoyama.

Dans la foulée de l’inauguration de cette petite exposition est lancée ce qui restera indéniablement comme l’un des points d’orgue du foff 2014 : la compétition internationale de hula-hoop organisée par les Éditions Matière. En deux manches et une finale chronométrées avec une rigueur toute professionnelle par Maxime Milanesi, des Éditions FP&CF, cinq concurrents s’affrontent devant un public chauffé à blanc par la bière blonde du foff.
Au terme d’un duel interminable, Carine-je-fais-du-hula-hoop-en-fumant-en-téléphonant-en-lisant-des-bouquins l’a emporté d’une courte hanche sur Anne-Émilie-je-fais-du-hula-hoop-comme-j’ondule-comme-je-respire.
Carine, par ailleurs volontaire et barmaid du foff, emporte ainsi l’un des t-shirts Yokoyama édités par Collection revue, Éditions Matière et l’Institut sérigraphique, et parade avec derrière le comptoir du Moon tandis qu’Anne-Émilie se console avec un exemplaire de Baby boom, le dernier ouvrage de l’artiste japonais.

(Pour une description complète des quatre journées foff à Angoulême, voir le reportage réalisé par Collection revue.)

expo_serigraphies_Yokoyama_foff 2014hula_hoop_foff 2014_Editions Matiere
Angoulême 2014
MOON, 15 place du Champ-de-Mars
du 30 janvier au 2 février 2014

Cette année encore, les Éditions Matière sont présentes à Angoulême sur le seul lieu festif dudit festival : le festival off, autrement appelé foff.

À cette occasion, nous vous invitons vendredi 31 janvier, de 18 à 20 heures, au lancement de la nouvelle série de sérigraphies de Yûichi Yokoyama (réalisés par L’Institut sérigraphique, co-produit par Collection Revue).

 

À découvrir également : série limitée de t-shirts sérigraphiés Yokoyama.

 

Et aussi : grand concours de hula-hoop — exemplaires gratuits de Baby boom à gagner !

 

foff_2014__WILLEM-443x1024
soirée de lancement Baby boom
galerie Anne Barrault
vendredi 15 novembre 2013

51 rue des Archives, Paris 3e
à partir de 18h30

Présentation et lancement de Baby boom, conjointement au lancement du numéro spécial Japon de la revue Back Cover publiée par les éditions B42.

galerie_anne_barrault_15-nov-2013
librairie éphémère
22 rue Saint-Claude, Paris
20-21 septembre 2013

Début septembre 2013, la galerie anne barrault s’est installée dans un nouvel espace 51 rue des Archives (Paris 3e). Les trois premiers week-ends de septembre, elle invite des éditeurs amis à tirer quelques dernières fusées dans son ancien local rue Saint-Claude :
ÉDITIONS MATIÈRE, éditions B42, centre de résidence artistique Lizières, magazine Turpentine, Éditions P, Manuella éditions, A.C. publications, L’Association, Le Massacre des Innocents, Roven éditions.

impressions multiples #2
ésam Caen
17-18 mai 2013

Manifestation consacrée à l’édition contemporaine, plus précisément aux multiples & aux imprimés d’artistes, aux essais graphiques & typographiques, aux éditions électroniques & sonores, & à la micro-édition.

Éditeurs invités : Bambi Kramer éditions, Berline, revue Grumeaux, Cent Pages, Iconomoteur (Jean-Claude Mattrat), Éditions Matière, Édition des petits livres (Fabienne Yvert), ppt / Stembogen, Yaralt (Fabrice Houdry), Éditions Zédélé.

À cette occasion, la revue Collection et les Éditions Matière accrochent, dans le hall de l’école, un « Guide de reconstruction pour deux images » : deux peintures originales de Yûichi Yokoyama accompagnées de leur reproduction en sérigraphie par Séverine Bascouert (L’Institut sérigraphique).

École supérieure d’arts & médias Caen/Cherbourg

caen_multiples_03caen_multiples_04
soirée de lancement Rééducation
librairie du Palais de Tokyo,
 Paris
jeudi 20 septembre, de 19 à 21 heures

Lancement de l’ouvrage Rééducation, de Juan Pérez Agirregoikoa en sa présence et celle de Philippe UG, ingénieur papier.
Rééducation est un livre en pop-up à tirage limité. Des posters numérotés (1 à 50) et signés, produits à partir des planches d’impression du livre sont également en vente à cette occasion.

reeducation_palais-tokyo_01reeducation_palais-tokyo_02reeducation_palais-tokyo_05
Wandering through maps, un voyage à travers les cartes

Le Pavillon Blanc
1 place Alex Raymond, Colomiers (31)
du 27 septembre au 20 décembre


Le centre d’art de Colomiers présente la première exposition monographique de Yûichi Yokoyama en Europe. Centrée sur l’ouvrage World map room [« Salle de la mappemonde », à paraître aux Éditions Matière en 2015], l’exposition est ainsi conçue par la commissaire Kodama Kanazawa :
« Figure atypique à plus d’un titre, chef de file du néo‑manga, Yûichi Yokoyama a fait du manga l’accomplissement d’un art lié à la peinture. Ses narrations à la fois cliniques, linéaires et absolument dépaysantes, prennent place dans le monde urbain et technologique. La déambulation de personnages masqués dans ces univers artificiels quasi extra-terrestres et les métamorphoses du paysage placent le lecteur sur un radeau temporel. Chez lui, la nature est reconstruite par la technique ou encore enfermée dans des serres au milieu de la ville. Si son vocabulaire graphique emprunt de géométrie rapproche son œuvre de l’abstraction, le dessin est un dépaysement total digne des Prouns de lartiste El Lissitzky, “station d’aiguillage entre peinture et architecture” : une définition que l’on pourrait ici appliquer à la rencontre entre la peinture et la bande dessinée. L’exposition montrera les liens entre peinture et manga. Elle proposera aussi un espace dédié à la lecture et à la restitution d’ateliers. »

 

1__ Salle de la mappemonde, dessin de couverture pour l’édition japonaise, 2013, encre sur papier (© Yûichi Yokoyama, courtesy of gallery ArataniUrano, Tokyo).
2__ Color Engineering, episode 5, 2004, mixed media (courtesy of the artist & gallery Nanzuka, Tokyo).

Yokoyama_Color_Engineering_episode_5Yokoyama_TheRoomOfTheWorldMap