Jérôme Dubois


Jérôme Dubois est né en 1989 à Rueil-Malmaison. Un cursus aux Ateliers de Sèvres (Paris) et aux « Arts déco de Strasbourg » (HEAR, Haute École des arts du Rhin) suivi de quelques voyages le mène aux portes des éditions Cornélius. Sous le titre Jimjilbang, il y publie en 2014 le récit d’un périple désenchanté en Corée. Les titres suivants, Tes yeux ont vus (2017) et Bien normal (2018) poursuivent l’exploration circonspecte d’un monde sombre et angoissant —le nôtre— où, de façon très significative, la figure humaine, lorsqu’elle n’est pas grotesque, est une sorte de masque inachevé et insipide posé sur des êtres cruels, lâches ou stupides. Jérôme Dubois transporte régulièrement sa misanthropie dans la revue Nicole et dans La Revue dessinée.

Fortement ancrée dans l’imaginaire, la fiction, le fantasme —souvent dans la part la plus cauchemardesque du fantasme—, l’œuvre de Dubois repose néanmoins sur un sens aigu de l’observation des situations, du langage, des rapports humains. Jérôme Dubois s’inscrit en cela dans une certaine tradition critique de chroniqueurs et de «moralistes» voués à offrir à leurs contemporains le miroir déformé de leurs turpitudes et de leurs travers. À mi-chemin du fantastique et de la critique sociale, ne s’exprimant jamais par la caricature, il met en place des situations précisément réglées qui touchent juste par la rigueur de leur mise en scène, par la minutie de leur dessin, par leur inventivité, mais aussi, mais surtout, par la tonalité dont il les nimbe.

Chez Fidèle Éditions, il a initié, sous la forme de brefs fanzines risographiés, la parution en épisode de Cituéruine, tandis que dans la revue Nicole paraissaient parallèlement les épisodes de Citéville. C’est de ce dispositif initial qu’est né le projet de publier dans deux maisons d’édition distinctes le diptyque Citéville/Citéruine, le premier chez Cornélius, le second aux Éditions Matière. L’espace-temps vertigineux créé par les deux ouvrages, permet à ses lecteurs d’éprouver très concrètement la pure, simple et totale disparition de l’humanité. Puisqu’on vous dit que Jérôme Dubois est un garçon charmant…

post-scriptum Tes yeux ont vu a fait partie de la sélection FIBD Angoulême 2018.

REVUE DE PRESSE

Radio libertaire, Stéphane Allegret, 5/9/2020
[podcast] [+]
jerome_dubois
Kiblind

Pour fêter ses dix ans, le magazine Kiblind a fait appel à dix artistes, dont Jérôme Dubois, pour illustrer la couverture de son n°51. Début 2014, les illustrations ont été intégrées à l’exposition «1 Chien vaut mieux que 2 tu l’auras» au Point éphémère, à Paris.
Créations saluées par le magazine étapes:.

kiblind-10-couvertures-pour-passer-l-hiver-au-chaud-10
The New York Times

Illustration pour les «Opinion pages» du New York Times.

dubois_NYTa2
Topie

Dessin de couverture des trois versions (francaise, anglaise, arabe) de la revue Topie (éditions Samandal, Beyrouth, 2017).

 

photosRaphaëlle Macaron.

dubois_topie1dubois_topie2dubois_topie3
La stratégie de la bactérie

«La stratégie de la bactérie», reportage avec Quentin Ravelli pour La Revue dessinée (n°22, 2018-2019).

dubois__revue_dessinee__25
Jimjilbang

Planche extraite de Jimjilbang (Cornélius, 2014).

201405-Jimjilbang_4
Point éphémère

Illustration de programme pour le Point éphémère (Paris), novembre 2015.

dubois_ephemere